Voler avec un moteur sur le dos, le rêve fou d’un inventeur presque réalisé

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 8 Juin 2011 21:26

Voler avec un moteur sur le dos, le rêve fou d’un inventeur presque réalisé

L’inventeur néo-zélandais Glenn Martin présente à Christchurch (Nouvelle Zélande) le 11 mai 2011 son “jetpack” qu’il a mis 30 ans à réaliser (AFP/Archives, Neil Sands)

CHRISTCHURCH (Nouvelle-Zélande) — Voler grâce à un moteur accroché sur le dos fait depuis toujours fantasmer les amateurs de science-fiction. Un inventeur néo-zélandais, Glenn Martin, a testé avec succès son prototype et espère bien commercialiser son “jetpack” d’ici 18 mois.

Après trente années de recherches acharnées, le “Martin Jetpack” (http://martinjetpack.com) a réussi fin mai à s’élever à 1.500 mètres du sol, fixé sur un mannequin, et à survoler les plaines de la région de Canterbury, dans l’île du sud de la Nouvelle-Zélande.

Le succès de cet essai est une étape cruciale pour le Néo-Zélandais qui rêve de commercialiser le premier réacteur dorsal au monde utilisable facilement et régulièrement.

Glenn Martin pourrait être un inventeur tout droit sorti d’un film de science-fiction. Mais son invention est bien réelle, et plaira aux plus aventureux: un “jetpack” du ciel.

“Les premières personnes qui l’utiliseront seront les personnels médicaux pour les interventions d’urgence”, explique-t-il dans son atelier de Christchurch. “On pourra ensuite l’équiper de caméras, pour des informations sur le trafic routier, puis l’employer pour aller au travail, ou pour s’amuser”.

L’inventeur a puisé son inspiration dans les séries télévisées qu’il regardait enfant. “J’ai envie d’en avoir un depuis que j’ai cinq ans. J’étais déçu de ne pas en trouver en magasin. Je me suis dit qu’il fallait que j’en fabrique un”, déclare-t-il.

L’engin futuriste est encore en phase de test et devrait être proposé à la vente en 2012 pour 100.000 dollars US (69.000 euros).

Le magazine américain Time avait qualifié l’an dernier le prototype de Glenn Martin d’invention parmi les plus attendues au monde. Mais l’inventeur sait que l’histoire du “jetpack” est ponctuée d’échecs.

L'inventeur néo-zélandais Glenn Martin à Christchurch (Nouvelle Zélande) le 11 mai 2011 avec son "Jetpack" qu'il a mis 30 ans à réaliser (AFP/archives, Neil Sands)

Le plus connu est sans doute le Bell Rocket Belt, qui apparaît dans le film “Opération Tonnerre”, un James Bond de 1965. L’engin ne pouvait voler que trente secondes.

Plus grand que ses prédécesseurs, le jetpack de Glenn Martin est composé de deux cylindres abritant des moteurs V4 2 litres à injection directe, de 200 chevaux, fixés sur un cadre en fibre de carbone. Le tout pèse moins de 115 kilos.

L’appareil peut théoriquement voler 30 minutes sur une distance de 50 kilomètres, mais l’inventeur travaille à des versions offrant de plus grandes capacités.

Il se conduit grâce à deux leviers, dont on acquiert la maîtrise en moins d’une heure, selon Glenn Martin. Si le vol tourne mal, un parachute s’ouvre automatiquement.

Le réacteur dorsal fonctionne avec de l’essence ordinaire. “Vous pouvez faire le plein à votre station habituelle, prendre un Coca et un sandwich et repartir”, note son inventeur.

Mais même si l’appareil fonctionne, il reste du chemin à parcourir. La législation américaine interdit le survol des zones habitées par des engins ultra-légers motorisés. Glenn Martin est cependant persuadé que son projet aboutira.

Il se dit étonné de l’engouement qu’a suscité son appareil lorsqu’il l’a présenté brièvement à un meeting aérien aux Etats-Unis en 2008.

Six gouvernements et les armées de cinq pays l’ont approché, intéressés notamment par les possibilités d’utilisation du jetpack dans la surveillance de frontières sensibles, assure-t-il sans donner de nom. Autre client potentiel: une grande organisation de secours qui en ferait usage dans les zones sinistrées, lorsque même l’accès par hélicoptère est difficile.

Las de passer pour un illuminé, Glenn Martin a hypothéqué sa maison pour financer ses recherches. Son atelier emploie aujourd’hui huit personnes et il est persuadé que le succès est à portée de main.


 

Source AFP

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 8 Juin 2011 21:26