Le devoir de servir, le sens et l’amour du « pays »…

Autre
Par Autre janvier 24, 2017 08:43

Le devoir de servir, le sens et l’amour du « pays »…

Dans moins de deux mois seulement, se dérouleront les élections territoriales de la Collectivité de Saint-Martin.

Les électrices et les électeurs devront choisir l’équipe appelée à prendre en main la destinée de notre territoire. Cette équipe choisira celui ou celle qui présidera le Conseil territorial, gérera et administrera les affaires de Saint-Martin pour garantir le bien-être de sa population pour les cinq prochaines années.

A ce jour, pas moins de cinq candidats Tête-de-Liste (tout sexe confondu), se sont déclarés prêts à prendre part à ces élections et par la même occasion, ont commencé la série des propositions et des promesses qui font l’apanage de toutes les campagnes électorales, fussent-elles locales ou nationales.

Durant tous ces derniers mois, en tant qu’homme politique, j’ai pris le soin nécessaire pour réfléchir à la situation et à l’avenir de notre territoire. J’ai pris le temps de rencontrer certains de mes amis personnels, des acteurs socioéconomiques, de mes amis politiques voire même, des adversaires-amis, et j’ai mesuré et compris les vrais enjeux de ces élections-là tout particulièrement.

Et même si je reste fidèle à mes convictions et à mes idées, et même lorsque je défends ma propre vision des choses (comme c’est le cas depuis de nombreuses années), j’ai longtemps espéré et rêvé d’un accord entre certains d’entre nous afin de proposer un projet commun pour une gestion commune des affaires de Saint-Martin. J’ai pendant longtemps oeuvré en ce sens et les nombreuses rencontres et discussions (dont la première datant du mois de février 2016) sont là pour le témoigner.

La toute petite partie du mandat que j’ai exercée entre 2012 et 2013 m’aura permis en toute modestie, de concrétiser une partie infime de mes idées, de mon projet et de mon offre politique pour Saint-Martin qui se devait de lui assurer depuis son accession au statut de COM, un développement économique et social pérenne.

Je mesure le poids des « coups-bas », des trahisons et des difficultés en tout genre dont j’ai été victime. Ceux-ci m’ont touché moi, et ont blessé ma famille et beaucoup d’entre vous, mais ils ne m’ont pas empêché de garder ma passion et mon amour pour ce pays et pour ses habitants. Et je me suis toujours dit que si Saint-Martin a besoin de moi, eh bien, je mesurerai alors ma réelle capacité à produire des idées, à réaliser des projets, à animer une équipe portée par l’amour de Saint-Martin, mais qu’en tout état de cause, je ne déroberai jamais à l’appel du devoir de servir mon « pays ».

Dans bien des circonstances, les décisions que j’ai prises de même que mes propositions politiques et sociales ont toujours et largement contribué aux différents débats, comme celui qui s’ouvrira très prochainement à l’occasion de ces élections à enjeu capital pour Saint-Martin.

Je mesure depuis quatre ans ce que cela peut couter à un homme (fut-il politique ou pas), lorsqu’il refuse les règles démodées et claniques d’une nouvelle classe politique et d’un système qui détournent le débat de fond, déplace les enjeux, un système qui veut transformer St-Martin et qui est devenu depuis 2007, le principal frein à son développement et au bien-être de sa population. C’est donc ce système que j’ai refusé, que je refuse encore aujourd’hui, et que je continuerai à refuser. Même si il me faudra en payer le prix à nouveau !

Je suis candidat Tête de Liste pour les élections territoriales de Saint-Martin des 19 et 26 Mars 2017. Ainsi, je réponds à l’appel de mes fidèles (des fidèles) amis et d’une bonne partie de la population saint-martinoise qui comme moi, sont convaincus de mes propositions.

Pour moi, c’est un grand honneur et une responsabilité de servir son pays quand il vous appelle, et c’est toujours un honneur et un devoir pour chacun de se mettre au service de son pays et à servir sa population.

Je pense et je souhaiterais vivement en être le dernier à se déclarer candidat Tête de Liste quand bien même certains y verraient dans cette multitude de liste, un signe de bonne santé démocratique et de pluralisme.

Mais, devant l’importance des enjeux les attentes de la population je continue à nourrir l’espoir d’un sursaut pour que les conditions d’un grand rassemblement soient trouvées pour penser ensemble, l’avenir de Saint-Martin et de population.

Alain RICHARDSON
« en Marche Vers le Progrès »

Autre
Par Autre janvier 24, 2017 08:43
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*