Concours culinaire franco-haïtien : trois gagnants partiront en stage

Autre
Par Autre 3 Juil 2016 18:42

Concours culinaire franco-haïtien : trois gagnants partiront en stage

L’association St-Barth Goût et Saveurs et Investa group ont conclu, le dimanche 26 juin, le long concours culinaire franco-haïtien à l’hôtel Royal Decameron, avec le plein support de l’ambassade de France.

Les candidats à l’œuvre dans la cuisine à Royal Decameron

Les candidats à l’œuvre dans la cuisine à Royal Decameron

Judelène Joseph, la première lauréate ainsi que les deux autres gagnants partiront au printemps 2017 pour un stage de trois mois en cuisine gastronomique dans les plus luxueux hôtels des villes françaises.

L’objectif de ce concours est clair selon les propos de chef Jean Luc Grabrowski, président de l’association St-Barth Goût et Saveurs : former des jeunes futurs chefs pour la cuisine haïtienne de demain, avec plus de rigueur, de saveur, de présentation, de santé. Environ 250 candidats en provenance des écoles de cuisine, de restaurants et d’hôtels ont soumis leurs dossiers dont seulement trente ont été retenus pour la demi-finale. Cette étape s’est déroulée lors du salon de la gastronomie le premier mai où six concurrents sont montrés en finale, ayant devant eux un mois et demi de préparation.

Au petit matin du dimanche, Adeline Previl, Valdo Beau Brun, Kesnel Jose, Judelène Joseph, Ricki Kervins Merisier et Jean-René Mezil sont déjà présents, après un court, mais fatiguant voyage de la capitale à Royal Decameron.

Ici, sur la Côte-des-Arcadins, la fraicheur est libre, le cadre est attrayant, l’ambiance est détendue, mais le challenge est de taille : cuir une pintade créole haïtienne en l’espace de 30 minutes, présentée avec le riz comme garniture, accompagnée du Grand Marnier, la légendaire liqueur française qui offre au concours un métissage franco-haïtien maitrisé dans son sens propre. Les postulants seront évalués sur les techniques de cuisson, la créativité et le goût par un panel de jury composé de chefs de professionnels dont Olivier Perigault, chef de cuisine de l’ambassade de France en Haïti.

PEUGEOT 7Pour sa recette exquise et tout à fait originale : fricassée de pintade à la sauce de goyave au Grand Marnier et purée de petit pois, Judelène Joseph ne savait nullement qu’elle allait remporter la palme d’or à la première édition de cette compétition tant la concurrence était rude. Mais quand on a annoncé les résultats, ses premiers mots pleins d’émotions « ce n’est pas que je sois plus supérieure aux autres, mais tous nous avons travaillé très dur pour arriver jusque-là » dénote une certaine modestie.

Un peu autodidacte, cette fille boute-en-train de vingt-deux ans qui pose aussi comme mannequin à ses loisirs et sous contrat, a appris la cuisine sur le tas avec son père, chef Gilles Joseph qui lui a transmis toute la passion de ce métier.

Pour elle comme pour les deux autres gagnants, respectivement Ricki Kervins Merisier et Adeline Previl, cet exploit c’est une nouvelle aventure qui commence ce jour-là même où ils ont désormais le statut d’ambassadeurs de la cuisine haïtienne, puisqu’ils séjourneront dans les îles françaises pour des stages tout frais compris.

PEUGEOT 8Témoins de cet évènement exclusif organisé avec art et manière, le ministre Tourisme, Guy Didier Hyppolite et celui de la Planification, Aviol Fleurant. Celui-ci avoue être convaincu que « l’art culinaire est effectivement un outil d’attractivité, un véritable instrument d’exportation de la diversité culturelle vers les capitales du monde. » « Ce concours a la vertu de mettre en valeur nos richesses gastronomiques et d’engager la compétitivité du pays sur la scène internationale avec les produits français, bahaméens et caribéens » a déclaré avec une puissance dans la voix, monsieur Fleurant qui parle au nom du gouvernement.

Une expérience à reproduire, donc. Chef Natacha Gomez, la présidente d’Investa Group glisse une confidence : « Déjà on va annoncer le salon de la nouvelle gastronomie ce sera le premier mai 2017 où l’on va organiser le concours. Les gens pourront s’inscrire dans les neuf départements du pays et si possible on va s’ouvrir à la diaspora. Parce que l’enjeu c’est d’envoyer les gagnants en stage pour faire la promotion de notre cuisine haïtienne à l’extérieur et aussi apprendre de l’extérieur pour aider à pousser cette nouvelle gastronomie. »

Obed Lamy

Autre
Par Autre 3 Juil 2016 18:42