Pollution : les brumes de sable sont de retour, les Antilles et la Guyane en alerte rouge

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE avril 23, 2016 21:27

Pollution : les brumes de sable sont de retour, les Antilles et la Guyane en alerte rouge


Après une période relativement calme, la brume de sable a décidé de faire son retour au dessus de la zone Antilles/Guyane.

atmo-martiniqueFace à ce constat et conformément à l’arrêté préfectoral relatif à la qualité de l’air, la procédure d’alerte est déclenchée en Guadeloupe, Martinique et en Guyane.

Les brumes de sables font leur retour dans la zone de l’archipel des Antilles et en Guyane où ce samedi, l’indice ATMO* atteignait son maximum en Guadeloupe à savoir 10 (très mauvais) , 9 (mauvais) en Martinique et 8 (mauvais) en Guyane. (En Guadeloupe, la concentration en particules fines à dépassé les 83,6 μg/m3 en moyenne sur 24h sur la station de Baie-Mahault).

Nous n’avons rien trouvé concernant les îles du nord sur le plan alerte, communiqué etc. Cependant, dès que des éléments seront disponibles nous vous en informerons dans les plus bref délais. Il est cependant évident que la pollution en particules fines nous concernent également à Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Il n’y a que le nuage de Tchernobyl qui s’arrête aux frontières…

Une pollution naturelle à laquelle s’ajoute l’activité humaine : combustion d’énergie fossile, moyens de transport, activités industrielles…

Le seuil d’alerte (rouge) correspond à un niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine ou de dégradation de l’environnement justifiant l’intervention de mesures d’urgences.

Recommandations sanitaires

atmo gyaneIl est recommandé aux catégories de la population particulièrement vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, asthmatiques) et sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou s’accroissent lors des pics) de:
– Éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe.
– Éviter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur.
– Reporter les activités qui demandent plus d’effort.
En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations…):
– Prenez conseil auprès de votre pharmacien ou consultez votre médecin
– Privilégiez les sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort;
– Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.

 *

Comment analyse-t-on l’air ?
L’air est aspiré par l’intermédiaire de têtes de prélèvement puis acheminé au niveau des analyseurs. Chaque analyseur est spécifique à un type de polluant.

Qu’est-ce que l’indice ATMO ?
L’indice ATMO est l’indice de la qualité de l’air. Il est calculé quotidiennement pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants et varie sur une échelle allant de 1 à 10 (Très bon à Très mauvais).
L’indice ATMO est basé sur la concentration de quatre indicateurs de pollution atmosphérique :
-l’ozone (O3)
-le dioxyde de soufre (SO2)
-le dioxyde d’azote (NO2)
-les particules en suspension ou poussières (PM10)

Echelle-indicesATMO atmo

Méthode de calcul :
A chaque polluant correspond une échelle de sous indice variant de 1 à 10. En fonction de la concentration mesurée on détermine le sous indice correspondant. On obtient ainsi 4 sous indices.
L’indice ATMO correspond au sous indice le plus élevé.
Ici, le sous indice le plus élevé est 5. Il correspond au sous indice des particules de moins de 10 micron de diamètres (PM10). Ce sont donc les PM10 qui constituent le polluant dominant pour l’indice ATMO du jour.

Quels sont les seuils d’alerte ?
Il existe un seuil d’information et de recommandation, calé sur l’indice 8 : indice Mauvais.
Le seuil d’alerte, au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé, est calé sur l’indice 10 : Très mauvais.
Les décrets d’application, les circulaires et les arrêtés ministériels fixent les polluants qui doivent être surveillés, ainsi que les valeurs limites qui ne doivent pas être dépassées. Ils fixent même les seuils d’alerte au-delà desquels une information immédiate de la population est nécessaire ainsi que les objectifs de qualité à atteindre.

Commenter l'article avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE avril 23, 2016 21:27
Écrire un commentaire

1 Commentaire

  1. posyhe mai 3, 02:17

    ça ne va pas être simple avec une force 8

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire