20 ans de prison pour les quatre Français dans l’affaire ” Air Cocaïne ” en République Dominicaine

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 15 Août 2015 07:45

20 ans de prison pour les quatre Français dans l’affaire ” Air Cocaïne ” en République Dominicaine

Le verdict est lourd pour ces quatre Français deux ans et demi après avoir été interpellé sur le tarmac de Punta Cana en République Dominicaine.

Pascal Fauret, le pilote, son copilote Bruno Odos, leur passager Nicolas Pisapia et l’apporteur d’affaires Alain Castany interpellés en mars 2013 dans un avion appartenant à Alain Afflelou, un Falcon 50, affrété par une société de location, les autorités locales auraient retrouvé 26 valises remplies de cocaïne.
Les deux pilotes ont toujours assuré qu’il s’agissait d’un vol commercial et qu’ils n’avaient pas la responsabilité des bagages.

Leur procès s’était ouvert en mars dernier mais l’audience avait été suspendue à de nombreuses reprises. Le verdict n’est tombé que vendredi soir, à l’issue d’une délibération qui a duré dix heures. Au total, 14 personnes étaient jugées, dont dix Dominicain. Six ont été acquittés, quatre autres ont écopé de peines allant de 5 à 10 ans de prison.

Sabine Fauret, l’épouse d’un des pilotes est sous le choc : “C’est incompréhensible. C’est un acharnement contre des Français. Il n’y a pas de preuve contre Pascal et Bruno et il n’y a aucune raison qu’ils prennent 20 ans de prison dans un pays étranger”.

Les avocats des quatre hommes avaient tous demandé leur acquittement, alléguant que rien ne prouvait qu’ils savaient que de la drogue se trouvait à bord de l’avion. Après le verdict, l’avocate des pilotes français a annoncé qu’elle ferait appel de la décision. Les quatre Français, qui comparaissaient libres après 15 mois de détention provisoire, le resteront jusqu’à ce que la sentence soit définitive, mais ne pourront pas quitter la République dominicaine.

Le ministère des affaires étrangères de la France juge la peine “ très lourde “, mais se veut optimiste. Le Quai d’Orsay a assuré, samedi, que la condamnation des quatre hommes “ n’est toutefois pas définitive “ et a assuré “ continuer à leur assurer une protection consulaire active “.

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE 15 Août 2015 07:45