Opération S’em Ta Route de la SEMSAMAR – Retour sur la 1ère édition avant le début de la 2nde

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte juillet 9, 2015 09:18

Opération S’em Ta Route de la SEMSAMAR – Retour sur la 1ère édition avant le début de la 2nde

Avant que l’opération S’em Ta route II ne soit lancée, c’est ici l’occasion de revenir sur le concept développé par la SEMSAMAR en nous appuyant sur la première édition.

Salle de debrief, présentation du projet, de son contenu, échanges d'expériences et perspectives d'avenir…

Salle de debrief, présentation du projet, de son contenu, échanges d’expériences et perspectives d’avenir…

La première édition de S’em ta Route fût comme toutes les premières un véritable “essuyage de plâtres” et à bien des niveaux. Tout d’abord, constater que 16 jeunes sans emploi se portent volontaires, sont présents et respectent les horaires conformément à leur engagement est une belle surprise mais qui en elle même témoigne bien d’une certaine stigmatisation et de certains lieux communs. Naturellement, au sein du groupe, certains affichent plus que d’autres leur bonne volonté et ont perçu l’opportunité que peut porter cette expérience. Pour avoir échanger avec eux, il est évident qu’ils portent le poids d’une certaine “ghettoïsation” qui les pénalise dans la recherche d’emploi comme dans leur volonté d’insertion sociale. La transversalité, socialement, n’est pas une évidence pas plus que la capacité à passer outre le vernis. Même si le mot “jeune” est ici utilisé la plupart sont majeurs depuis longtemps, certains pères de famille et l’inactivité quotidienne, si elle est tolérable lorsque l’on ne se sent pas encore la pleine responsabilité de l’adulte, est devenue un calvaire pour la plupart. C’est en cela que les témoignages les plus récurrents affirment la volonté que cette expérience ne soit pas un coup d’épée dans l’eau et qu’une “suite” plus durable soit pensée, proposée, animée… Si les compétences techniques ne sont pas toutes au rendez-vous, elles sont amendables, et la bonne volonté est elle bien là.
Cette initiative lancée à Saint-Martin sous l’impulsion du Président Wendel Cocks vise à permettre à un public de volontaires de toucher du doigt un monde du travail qui leur tourne trop souvent le dos. Il s’agit donc d’une expérience de mise en situation au travers de laquelle les jeunes sans emplois, par ailleurs résidents des logements de la SEMSAMAR, peuvent approcher le monde de l’entreprise.

Il faut ici y voir la volonté de la SEMSAMAR, principal bailleur social à Saint-Martin, de tisser un lien plus étroit avec les problématiques sociales très ancrées dans certaines résidences et dont témoignent régulièrement les associations de locataires. L’émergence des Structures d’Insertion par l’Activité Economique et d’une certaine idée de l’économie solidaire pourrait être une des réponses au manque d’emploi et de lien social pour peu que la volonté soit là et que la compétence suive.

Ces entreprises ne leurs sont pas inconnues puisqu’elles œuvrent bien souvent dans les logements de la SEM pour des travaux de réparation et d’entretien.

Opération S’em Ta Route 1

16 jeunes s’étaient faits connaitre pour cette première opération organisée du 18 au 22 mai derniers.

J1 – Naturellement une opération de se type ne se monte pas sans partenariat fort et dès le premier jour opérationnel, c’est Madame LAINEZ du pôle Emploi qui a fait le déplacement à la rencontre des jeunes. Chacun a ainsi pu signer une convention tripartite : Demandeur d’emploi/Pôle Emploi/Entreprise d’accueil.

Deux groupes ont été formés et équipés de façon à pouvoir prendre part en toute sécurité à deux chantiers de réfection dans les locaux de la SEMSAMAR :

  • – un premier groupe en plomberie a travaillé dans le local au rez-de-chaussé de l’immeuble du port à changer les sanitaires et la tuyauterie appuyé par l’entreprise ATP.
  • – un second groupe en maçonnerie-carrelage s’est attaqué à la réfection de carrelage au sol détérioré encadré par STEINER Entreprise.

J2 – Les équipes ont été interverties pour poursuivre les deux chantiers. Les travaux de plomberie ayant été assumés à l’immeuble du port, l’équipe a rejoint la résidence “Les Flamboyants” à Agrément dans un logement vacant de la SEMSAMAR de façon à remettre en état les appareillages de l’appartement n°521 (évier, lavabo, baignoire et wc). Il était une nouvelle fois très agréable de constater la motivation et l’entrain des jeunes à participer à l’action.

Petite surprise en fin de journée puisque REMI de Youth Radio a pris contact avec l’équipe afin de réaliser une émission de radio dédiée à l’opération le jeudi soir 21/05/2015 de 19H00 à 20H00 avec les jeunes volontaires. Une étape imprévue dans le calendrier mais qui ouvre encore l’accès à des espaces socialement hors de portée ou considérés comme tels.

J3 – Journée différentes pour les jeunes puisqu’ils ont rejoint l’entreprise EME, entreprise d’insertion spécialisée dans l’entretien d’espaces vert et qui est née de l’impulsion de la SEMSAMAR. EME aura d’ailleurs accompagné l’opération de A à Z, aux côtés des jeunes et en soutien logistique permanent.

Départ du bus vers 8h avec l’ensemble des jeunes, direction Cul de Sac et la résidence “La Barrière”, base de l’atelier Espaces Verts d’EME, 6 d’entre eux rejoindront cet atelier.

Le groupe restant a ensuite pris la direction de Quartier D’Orléans et la résidence “Les Hirondelles” pour l’atelier peinture lui aussi encadré par EME.

A 11H00, les groupes ont permuté et profité d’un break lunch qui fût aussi l’occasion d’échanger notamment de l’émission de radio du soir et 3 jeunes se sont porté volontaires pour cette expérience particulièrement intéressante. Après-midi, peinture et espaces verts avant le rendez-vous de 19h avec Rémy et Youth Radio.

L’émission était diffusée en direct, ils y ont parlé de l’expérience qu’ils venaient de vivre et de partager, de la difficulté de la voir se terminer et de l’amertume déjà là quant au fait de retourner à l’inactivité d’un quotidien qui pèse lourdement sur leur vie. L’occasion d’aborder leurs difficultés au quotidien en tant que père de famille, sans activité, sans ressource….. parfois marginalisé dans une société qui offre peut de chance de transversalité surtout lorsque l’on vit et grandit dans un quartier montré du doigt, marginalisé.

A 20H10, fin de l’émission. Rémy immortalisera l’instant avec une photo dans le studio !
Commenter avec votre compte Facebook

Igor Rembotte
Par Igor Rembotte juillet 9, 2015 09:18
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
Les champs obligatoires sont marqués*