[25] Marathon de FULTON : au pied du podium!

Autre
Par Autre juin 9, 2016 12:06

[25] Marathon de FULTON : au pied du podium!


Réveil 3h30, je suis très fatigué car j’ai dormi 8h30 en deux nuits, fait 1100 kms en voiture et pris 3 vols pour arriver ici.

Il faut que je me motive car cela risque d’être long aujourd’hui. Un petit déjeuner, Immunâge® et direction le départ situé à 10 minutes de mon hôtel. Je vais retrouver mes amis en camping car qui organisent leurs marathons à 150$ (rires)! J’arrive au lieu indiqué sur le site mais il n’y a personne. Ça commence bien ! Ayant vu que la course se déroulait le long du Mississippi j’en prends la direction et repère une voiture, à 4h30 au fin fond de l’Illinois il y a de grandes chances qu’elle s’y rende aussi. Gagné, nous arrivons sur l’aire de départ situé au bord du fleuve.

Je vais payer mon inscription, récupérer mon dossard, une partie de ma médaille, mon tshirt et me prépare.

L’organisateur et plusieurs coureurs viennent me saluer car ils ont déjà couru avec moi sur ces séries et aussi à Waterbury dans le Connecticut. Petit briefing et c’est parti à 5h pile.

Il y a quatre courses en une aujourd’hui le 5kms, le 10kms, le semi et le marathon, pour nous cela consistera en 16 tours sur une promenade dans un parc le long du Mississippi. Le parcours sera assez roulant malgré les trois petites côtes à chaque tour et le décor est très agréable. La chaleur est annoncée ce matin ce qui ne va pas m’aider vu mon état de fatigue. Dès les premiers mètres je constate que le rythme de course est moins élevé que d’habitude et soudainement me vient une idée un peu folle, je décide de me faire plaisir et de prendre la tête du marathon! Et pour la deuxième fois de ma vie me voilà en tête d’un marathon international.

Quand on est en tête de course on s’applique à bien courir alors en avant ! Mon rythme est bien évidemment bien au delà de celui sur lequel je dois me caler aujourd’hui mais comme je sais que cela ne va pas durer ça va aller. Mais à ma grande surprise ça ne suit pas derrière et je fini le premier tour seul. Je continue et c’est pareil pour le deuxième, je passe aux 5kms en 27mn.

Ce n’est qu’au 8ème kilomètre que trois coureurs me passent et vont prendre le relais. Cela en est fini pour moi et je vais les laisser faire leur course. Les trois coureurs ont un bon rythme mais pas si élevé que ça et allez savoir pourquoi je décide de m’accrocher pour voir jusqu’où je peux aller comme ça.

Je passe le 10kms en 54mn, toujours au pied du podium, je les ai en ligne de mire et derrière moi j’ai creusé l’écart avec mes poursuivants alors me voilà embarqué dans une course qui n’était pas la mienne, je passe au 15ème en 1h21, je fais abstraction de ma fatigue et verrouille le mental sur le mode racing et je continue de relancer.

Les 20kms en 1h50mn et le semi-marathon avalé en 1h56mn. A partir de là les trois coureurs de tête vont prendre le large et je n’aurai plus d’espoir de les rattraper ce qui est normal. J’essaie de garder mon rythme même si cela tire sur les jambes mais je tiens bon et j’arrive au 25ème en 2h23mn et au 30ème en 2h53mn (mon deuxième meilleur temps et 1minute de moins qu’à Washington). La tête de course a accéléré et ils me prennent un tour. Il commence à faire chaud mais je sais maintenant que je vais en finir avec un très bon temps et un super classement. Je prends malgré tout quelques photos car le décor est très sympa et très vert. Il n’y a personne pour nous encourager alors nous le faisons entre coureurs. J’entendrai beaucoup de «Good job Crazy Dave » aujourd’hui.

Mon rythme baisse un petit peu mais je suis toujours concentré et j’arrive aux 35 kms en 3h29mn. Je tiens bon ma 4ème place et relance autant que je peux car je vois que deux coureurs reviennent sur moi mais ça devient dur ! C’est la guerre !

J’arrive au 40ème km en 4h07mn. Mes deux poursuivants sont revenus à ma hauteur et me passent, je m’accroche et fais tout ce que je peux. Ils sont juste devant moi mais je n’ai plus de puissance pour pouvoir les repasser et nous finirons tous les trois dans un mouchoir de poche au pied du podium qui lui était vraiment intouchable aujourd’hui.

Je courrai le marathon en 4h23mn30s mais comme toujours dans leurs courses, ils nous feront courir un bon kilomètre de plus et franchirai la ligne d’arrivée en 4h30mn à la 6ème place.

Je félicite le vainqueur qui m’a encouragé tout au long de la course et qui était le seul à m’appeler David, il me remercie avec un grand « Vive la France » ainsi que les autres coureurs avec qui je me suis bataillé aujourd’hui.

Je récupère la dernière partie de la médaille, me ravitaille et profite quelques instants ce ce bon moment à l’ombre car le soleil cogne fort. Quelques photos et je retourne prendre ma douche à l’hôtel avant de refaire 300 kms en voiture jusqu’à Chicago pour reprendre l’avion en fin de journée pour Albany. Je cours dans tous les sens du terme depuis plusieurs jours !

Une course invraisemblable donc que bien évidemment je ne pensais pas réaliser aujourd’hui vu mon état. Encore une fois le mental arrange bien les choses.

J’obtiens ici mon meilleur classement sur marathon.

Il faut maintenant que je me repose et que je récupère très vite car je cours samedi à Cooperstown dans l’Etat de New York. Semaine ultra chargée ! A samedi…

David

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre juin 9, 2016 12:06
Écrire un commentaire

3 Commentaires

  1. Patricia Hernandez Dona sur Facebook juin 9, 12:44

    WAHOU … T GRAAAAAVE TARE MISTER David REDOR – Crazy Dave !!!!!!!!!!! BRAAAAAA VVVOOO !!!!!!

  2. Mikael Gérald sur Facebook juin 9, 13:19

    Run Dave Run 🙂

  3. Jon Taburiaux sur Facebook juin 9, 22:56

    Trop fort David !

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire