Kentucky riverboat series marathon : Un 17ème run pour David redor et une lettre ouverte à tous les organisateurs de marathons

Autre
Par Autre avril 23, 2016 20:42

Kentucky riverboat series marathon : Un 17ème run pour David redor et une lettre ouverte à tous les organisateurs de marathons


Kentucky riverboat series marathon : le Kentucky c’est très joli!

Le réveil sonne à 4h, je suis un peu fatigué car la journée d’hier a été longue avec deux vols (5h en tout) et 200 kms de route. Je déjeune et m’habille, aujourd’hui il va faire bon pour la course. Dehors il pleut mais je ne m’inquiète pas car je suis à 50 miles du départ et la météo n’a pas prévu de pluie. 5h je quitte la chambre direction Colombus dans le Kentucky.

Une heure de route dans la campagne et j’arrive à Belmont State Park sur la rive du Mississippi. Je me gare près du départ et vais chercher mon dossard. C’est un petit marathon, il n’y a pas grand monde, qui fait partie d’une série de marathons courus sur 7 États autour du Mississippi et celui-ci est le 5ème. L’organisation me donne mon dossard, le t-shirt du marathon ainsi que… ma médaille ! C’est une première j’ai la médaille avant d’avoir fait le boulot ! Les personnes de l’organisation m’explique le déroulement de la course : il s’agit d’une boucle de 2,4 kms environ à parcourir 18 fois.

A chaque passage on prend un élastique à mettre autour du poignet et à partir du 10ème tour on les retire. Pourquoi pas ! Je dépose tout ça à la voiture, épingle mon dossard et me rends sur l’aire de départ où le directeur de course nous donne ses instructions. 6H30 le départ est donné, entre le marathon, le semi et le 5km nous ne sommes pas 100 au total et beaucoup sont venus pour marcher.

Le tour démarre sur 400 mètres de sol naturel, on repasse par l’aire de départ avant d’attaquer une côte raide sur 100 mètres suivie d’une descente sur 100 mètres puis une nouvelle côte moins raide mais plus longue, un léger faux plat puis une dernière côte assez pentue avant de redescendre et de reprendre le parcours dans l’autre sens. La course ne sera donc pas facile car à la fin on aura couru un paquet de montées et descentes qui casseront bien les jambes.

Le parcours est très joli et très vert car il se se situe en pleine nature et sur la rive du Mississippi, c’est très reposant. Je vais donc adopter un petit rythme tranquille aujourd’hui toujours pour ménager la machine pour dimanche car celui-là risque de piquer un peu. Je passe au 5ème km en 31mn, au 10 ème en 1h02mn, au 15ème en 1h34mn, au 20ème en 2h10mn et au semi marathon en 2h18mn.

Comme il n’y a personne pour nous encourager à part les personnes de l’organisation, nous faisons ça nous mêmes entre coureurs et marcheurs ce qui contribue à la très bonne ambiance de la course. Depuis plusieurs tours un coureur m’interpelle « Go Crazy Dave », il me faudra plus de 2h de course pour reconnaître Mike, l’organisateur du marathon de Herb Parsons Lake dans le Tennessee (le 1er que j’ai couru cette année), m’excuser de ne pas l’avoir reconnu plus tôt et le saluer comme il se doit. Nous ferons une photo ensemble à son arrivée. Je continue tranquillement cette sympathique ballade, c’est le mot car cette course n’a rien d’une compétition.

Je passe au 25ème km en 2h55mn, les jambes vont bien mais pour assurer le coup je marcherai les côtes et les descentes le reste de la course. La plupart des semi marathoniens ont fini leur course et l’on est plus beaucoup à courir.

Je passe au 30ème en 3h38 et au 35ème en 4h19. Je ne m’ennuie pas malgré le fait que l’on tourne ne rond car le décor est très plaisant et le soleil est là depuis un moment et cela fait bien plaisir de retrouver un beau temps printanier.

Je courrai la distance en 5h18mn18s mais leur parcours sera en fait de 43,4kms (pour boucler le dernier tour en entier) donc j’arriverai en 5h26mn.
On me donne la deuxième partie de la médaille qui représente l’Etat du Kentucky à accrocher sur ma médaille qui sera donc très jolie et imposante.
Je me sens bien et pas du tout fatigué. Cette course était très sympathique et conviviale avec une bonne ambiance et de très beaux paysages verdoyants. Seul bémol le prix de cette course que je trouve excessif, je vais y revenir tout de suite après.
Je me ravitaille une dernière fois avant de quitter les lieux. Je me rends à ma voiture, allume la radio et j’apprends que Prince, une de mes idoles, a été retrouvé mort chez lui. C’est un choc, cette mauvaise nouvelle me gâchera le reste de la journée qui avait si bien commencé et c’est la mort dans l’âme que je rentrerai à Nashville au son de ces tubes diffusés à la radio. Salut l’artiste et encore merci pour ces moments inoubliables que j’ai eu la chance de partager et pour tout ce que tu as apporté à la musique ! R.I .P.
Je vous donne rendez-vous dimanche en bord de mer sur la côte est à Dewey Beach dans le Delaware. Bon week end à tous.

Lettre ouverte à tous les organisateurs de marathons dans le monde entier:
Cela fait maintenant 19 ans que je cours le marathon et j’ai vu cette épreuve devenir au fil des années un énorme business. Ce qui me pousse à écrire ces mots est le tarif exagéré du marathon que je viens de courir : 161,71 $ ! C’est totalement injustifié car la course se court dans une partie d’un parc public, il n’y donc pas besoin de sécurité, pas d’intervention de forces de l’ordre. Il n’y a qu’un seul stand de ravitaillement et il n’y a pas de petites bouteilles d’eau ou Gatorade ainsi que diverses choses à manger à emporter après la course. Nous sommes servis au verre et les quelques petits trucs à grignoter sont à consommer sur place. L’organisation est composée d’une dizaine de personnes volontaires (je suppose sinon la paie est bonne). Ma question est donc « Où va l’argent ? » Le tarif d’une inscription à un marathon couvre normalement, le coût des médailles, t-shirt, ravitaillements, assurances souscrites par l’organisation et autres dépenses nécessaires à la logistique de course. Le surplus doit normalement servir à faire vivre l’association organisatrice et améliorer les courses futures. Mais ici il n’y a rien à améliorer puisque c’est une petite course qui ne nécessite pas beaucoup de moyens.
Je voudrais donc rappeler à tous les organisateurs de marathons que la course à pied est le sport le plus populaire qui soit et le moins coûteux. Certaines personnes qui aiment courir et qui rêvent de s’essayer un jour sur l’épreuve reine de l’endurance qu’est le marathon n’ont pas forcément les moyens de débourser les sommes de plus en plus indécentes que vous demandez ! Restons avec la passion de courir qui nous anime et ne pervertissons pas ce sport comme tant d’autres le sont déjà par l’argent.
Si vous demandez un tarif d’inscription élevé alors cela doit se refléter en course : important dispositif de sécurité, de logistique, belle médaille et beau t-shirt, ravitaillements conséquents, dons à des œuvres de charité, voilà ce que doit voir un marathonien à la fin de sa course. Il doit penser que cela valait vraiment le coup de payer ce prix la pour votre épreuve et vous devez lui donner envie de revenir, voilà le bon esprit à avoir dans cette magnifique discipline qu’est le marathon.
Je prends toujours l’exemple (le mot est bien choisi) du marathon de Séville que j’ai couru à plusieurs reprises. Un marathon parfait dans une des plus belles villes du monde, une organisation sans faille pour 35€ !(je viens de vérifier). S’il y a un marathon à faire absolument c’est bien celui-ci. Le prix de l’inscription comprend : dossard, médaille, serviette de bains à l’effigie du marathon à l’arrivée, la tenue de course complète (short et t-shirt), une année ils ont même fourni les chaussettes, un vrai repas complet le samedi midi la veille du marathon avec boissons à volonté (eau, jus, sodas, bière, vin!) et un autre repas complet après le marathon ! Tarif imbattable ! Comment font-ils me demanderez-vous ? Tout simplement parce que les organisateurs savent trouver des sponsors pour se faire fournir gratuitement les ravitaillements, les repas, les tenues de course (JOMA sponsor de l’équipe nationale espagnole d’athlétisme) et autres aides techniques. Si eux y arrivent alors chacun à son niveau peut y arriver et faire un effort. Je suis sur qu’il y autour de vous des entreprises locales ou nationales qui seront ravies de vous aider et d’associer leur nom à votre course.

Certains marathons ont pour moi pris la grosse tête et pété complètement les plombs je veux entre autre parler du marathon de New York. Certes c’est et cela restera le plus grand marathon du monde mais ce n’est pas une raison pour en abuser. Le prix du dossard approche maintenant les 500$ ! J’ai regardé sur internet et pour ce prix là vous avez une semaine de croisière dans les caraïbes en all inclusive ! D’autre marathons comme Paris, Londres ou Chicago ont pris le même chemin et je trouve ça inquiétant car bientôt vous ne pourrez plus vous inscrire si vous n’avez pas une carte platinum !

Messieurs les organisateurs réagissez car des marathons géniaux à des prix très correct j’en connais un paquet à travers le monde et je ne manque jamais de leur faire une très bonne presse et publicité.
Revenons à la base de ce qui nous anime tous : la passion de la course à pied tout simplement.

A bon entendeur ! Salut.

David

Commenter l'article avec votre compte Facebook

Autre
Par Autre avril 23, 2016 20:42
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

Pas de commentaire!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire