Le Pape François accepte la contraception face au virus du Zika

Anne Ceffrey
Par Anne Ceffrey  19/02/2016 - 14:30 

Le Pape François accepte la contraception face au virus du Zika

Alors qu’il rentre d’un voyage au Mexique le Pape François a été interrogé sur le virus du Zika qui sévit en Amérique du Sud. Et si la contraception peut être considérée comme une solution pour éviter les grossesses, l’avortement reste un sujet très tabou.

La contraception pourquoi pas, l’avortement non ! C’est ainsi qu’on peut résumer la position du Pape François qui s’est exprimé en marge de son voyage au Mexique après une question sur le virus du Zika. Le Pape François s’est exprimé en ces termes : « Eviter une grossesse n’est pas un mal absolu » en parlant de la contraception et considère que l’avortement « n’est pas un mail mineur, c’est un crime ».

Le Pape conforte ainsi la position de l’église catholique qui a toujours été contre l’avortement selon l’encyclique « Humanae Vitae » de 1968. Le Pape considère comme l’avortement comme « un problème humain, médical » et il a appelé les médecins « à tout faire pour trouver des vaccins ».

L’ONU avait pourtant récemment demandé aux pays touchés par le virus de favoriser l’accès à la contraception et à l’avortement pour les femmes, alors qu’on sait que le virus peut causer de graves malformations aux fœtus. De nombreux pays d’Amérique du Sud, zone la plus touchée par le Zika, n’autorisent pas l’accès à la contraception ou à l’avortement aux femmes, ou seulement dans des cas très restreints.

Commenter l'article avec votre compte Facebook
Null
Anne Ceffrey
Par Anne Ceffrey  19/02/2016 - 14:30 
Écrire un commentaire

Pas de commentaire

    Voir les commentaires

    Écrire un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée
    Les champs obligatoires sont marqués*

    DIM – Caricaturiste de Presse