Wingly : Une plateforme de co-avionnage en Métropole qui serait bien utile localement

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE août 25, 2015 20:00

Wingly : Une plateforme de co-avionnage en Métropole qui serait bien utile localement

Cette startup Française lancée début juillet 2015 à décidé de démocratiser le ciel grâce au co-avionnage.

illustrationLe principe est simple. Une plateforme dédiée de mise en relation entre pilote et passager(s) ayant pour but de faciliter la pratique du co-avionnage en lui apportant un cadre de confiance et de sécurité.

L’idée des co-fondateurs est de faciliter la pratique de l’aviation légère de loisir en proposant un concept encore peu pratiqué faute d’un cadre approprié : Le co-avionnage.

La cible de la startup c’est 40 000 pilotes et pas moins de 630 aéroclubs en France. L’outremer ne fait pas partie du projet pour le moment, et franchement, rien que sur nos îles, le concept pourrait tout à fait trouver un succès peut être même plus important que sur le territoire national. De ce pas, nous avons pris contact avec la société afin d’avoir un avis économique et technique sur le sujet. Nous ne manquerons pas de vous informer d’une ouverture Antilles et pourquoi pas à l’ensemble des DOM du magnifique outil collaboratif Wingly à nos îles.

Comment ça marche ?

Le co-avionnage s’adresse principalement à deux types d’usagers.
Les pilotes, passionnés d’aviation souhaitant amortir les coûts élevés que représentent les heures de vol.
Les passagers, curieux de découvertes, de sensations nouvelles ou souhaitant se rendre d’un point A à un point B via un moyen de transport alternatif et ludique.
La promesse de Wingly ? Être alternatif et ludique mais aussi économique.


Exemple du prix Paris / Belle-Île pour un trajet à 4:

wingly

wingly permet à ses usagers d’arriver directement sur place en comptant 1h30 de vol et 1h30 de préparation et trajet pour se rendre sur les installations. Le prix pour le train ou la voiture comprend aussi le transfert en ferry et les autres moyens de transport nécessaire pour se rendre sur l’île. Ainsi pour faire le même trajet, wingly propose un prix avantageux et un temps de trajet 50% moins long.

wingly-webL’objectif de Wingly : instaurer la confiance, garantir la sécurité

wingly souhaite devenir la plateforme permettant de démocratiser le co-avionnage en lui apportant tous les outils pratiques nécessaires à la formation d’une communauté de confiance par la sécurité. Ainsi l’identité et la licence du pilote sont-elles vérifiées avant qu’un usager puisse s’inscrire sur le site et les usagers devront rendre compte de leur expérience en se commentant et en se notant respectivement. De surcroît un “chat” propre au site et le paiement en ligne viennent faciliter les démarches.

Derrière le projet: trois co-fondateurs passionnés d’aéronautique:

Bertrand Joab-Cornu, Emeric de Waziers et Lars Klein travaillent sur le projet au sein de l’incubateur public Agoranov.
Bertrand Joab-Cornu, est ingénieur aéronautique Supaéro et termine son master à l’école Polytechnique en innovation technologique et entrepreneuriat. C’est au sein de cette formation qu’il a rencontré Emeric de Waziers, Polytechnicien et pilote de formation. Ils sont associés à Lars Klein, web développeur berlinois qu’ils rencontrèrent fin 2014 autour de l’idée même de wingly.

Facebook : https://www.facebook.com/flywingly/

Site Internet : http://www.wingly.io/index.php

Même si ce n’est pas du tout le même créneau, espérons seulement que Wingly ne rencontre pas les même difficultés que UberPOP (Service de transport automobile entre particuliers) qui à tant fait parler de lui il y a quelques semaines en Métropole. Après avoir lancé son service de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), considéré par les chauffeurs de taxis comme une concurrence déloyale, Uber avait lancé un autre service, baptisé UberPOP. Son principe était simple : presque n’importe quel particulier peut s’improviser chauffeur et transporter plusieurs clients à la fois. Une forme de covoiturage, mais payant et pour lequel Uber encaissait 24% du prix de la course.
Commenter l'article avec votre compte Facebook

F. LETUVEE
Par F. LETUVEE août 25, 2015 20:00
Écrire un commentaire

3 Commentaires

  1. Antonio Dos Reis sur Facebook août 26, 01:37

    Le principe est top dans les faits ca ne mzrche pas

  2. USPNT septembre 8, 04:58

    L’Union Syndicale du Personnel Navigant Technique tient à rappeler le principe qui prévaut, en France, pour les pilotes de loisir (avions, ULMs, etc.) : un pilote de loisir disposant de l’autorisation d’emporter des passagers ne peut le faire qu’avec des personnes qu’il connaît à priori. L’USPNT s’est adressé au gouvernement, à la DGAC et la GTA pour rappeler ce principe et alerter sur les risques induits et les dangers que représente ces sites internets (remise en cause de l’équilibre réglementaire, passoire pour la sureté et danger pour le transport aérien et l’aviation d’affaire en proposant une ubérisation d’une activité d’ores et déjà attaquée de toute part. Retrouvez l’ensemble de notre argumentaire sur notre site internet : http://uspnt.com/co-avionnage-precarisation-et-contournement-des-lois/

Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Laisser un commentaire